Plurilinguisme et multilinguisme en Europe (13e - 15e siècles)

Members attending

Organizer
Marielle Devlaeminck

Scientific meeting

External link
Takes place on: Thursday 21 March 2019.
Location: Grenoble
Related institutions: Université Grenoble-Alpes
D’après les dernières estimations, il existerait dans le monde quelques 7 000 langues, et plusieurs milliers de variantes dialectales, parlées dans les 197 pays reconnus par l’ONU. Nous rencontrons de fait, à l’heure actuelle, de nombreux espaces de plurilinguisme, que cela soit dans un pays ne possédant qu’une seule langue nationale ou bien dans d’autres dans lesquels le plurilinguisme est institutionnalisé : la Suisse possède par exemple quatre langues nationales, la Belgique trois, et le Canada deux. Le plurilinguisme est, en d’autres termes, une norme mondiale contribuant au développement d’espaces culturels et territoriaux.
Cette dynamique n’est pourtant pas une spécificité du monde moderne : au Moyen Âge, déjà, et en particulier aux XIIIe, XIVe et XVe siècles, bien choisir la langue à laquelle on recoure est crucial. Quelle langue utiliser pour écrire le sacré, la science, la littérature ? Quelle langue employer pour communiquer dans des échanges marchands ? En contexte de plurilinguisme, le choix d’une langue plutôt que d’une autre témoigne déjà d’une hiérarchie des langues : le latin est ainsi traditionnellement la langue du sacré, de la science et de la littérature, et ne laisse place que progressivement aux langues vernaculaires moins prestigieuses. Cela ne se fait pas sans heurts dans certains domaines, notamment lorsqu’il est question de traduire la Bible pour la rendre accessible à la fin du XVe et surtout au XVIe siècle.
Related keywords: linguistic, literature, plurilingualism